CORONAVIRUS : Un cri d’alarme des professionnels de la santé – Actuel Nouvelle-Calédonie

CORONAVIRUS : Un cri d’alarme des professionnels de la santé

Voici le kit de lutte contre le Covid que la DASS a remis aux médecins de ville ce jour pour lutter contre l’épidémie de coronavirus ; il comporte trois masques et un flacon de gel hydro alcoolique ; il illustre parfaitement la faiblesse des moyens dont nous disposons pour lutter contre la pandémie mondiale, qui a mis à terre en quelques semaines les économies et les systèmes sanitaires des pays les plus puissants du monde : à l’instar de mon flacon de gel hydro alcoolique, épuisé demain matin, la saturation des lits de réanimation du Médipôle interviendra inéluctablement quelques semaines après le début de l’épidémie.

Le rythme de progression du Covid19 partout dans le monde est exponentiel, avec un doublement des cas tous les trois à cinq jours ; mathématiquement, pour limiter une progression exponentielle, les deux facteurs les plus importants sont la précocité de la prise des mesures, et l’intensité de celle-ci.

Le courageux plan de lutte présenté ce jour par le Gouvernement et le Haut Commissaire a malheureusement omis la mesure la plus importante, la seule offrant quelque espoir d’échapper à la catastrophe sanitaire et économique : la mise en place d’un confinement strict de la population à son domicile, dont l’observance doit être assurée, si nécessaire par les forces de l’ordre.

En souhaitant (qui l’en blâmerait ?), préserver le territoire d’une catastrophe économique, ce plan nous conduira malheureusement, comme partout dans le monde à une double catastrophe, économique et sanitaire.

Certains médecins, experts de l’observation du coronavirus dans leur laboratoire, ont l’oreille de nos autorités, et ont réussi à les convaincre que les méthodes ayant échoué partout ailleurs seront efficaces en Nouvelle Calédonie ; d’autres médecins, déjà, ou très bientôt confrontés au coronavirus dans leur salle d’attente avec les moyens mentionnés plus haut, pensent, comme le directeur de l’OMS, que :

« Chaque pays, sans exception, doit prendre les mesures les plus fortes pour endiguer ou ralentir la menace épidémique »

Ce deuxième groupe de médecins, praticiens libéraux et hospitaliers, à ma connaissance quantitativement le plus nombreux, n’est pour le moment reçu ni au Gouvernement, ni au Haut Commissariat ; ces praticiens estiment que le meilleur atout de notre territoire, c’est de pouvoir gérer le début cette crise avec la connaissance de l’échec inéluctable et partout renouvelé des plans de gestions de crise sanitaire tels que ceux qui nous ont été exposés ce jour ; ils ont été contactés par des collègues français qui les supplient de ne pas renouveler les erreurs commises en Métropole ; ils ont reçu aujourd’hui des dizaines de patients avec de la toux et de la fièvre, sans les moyens de déterminer s’il s’agissait de Grippe ou de coronavirus ; ils savent qu’affirmer péremptoirement l’absence de circulation du virus Covid dans notre population n’est qu’une hypothèse, potentiellement mortifère …

Ces médecins là, dans leur solitude, leur désarroi et leur révolte, ont même le projet d’écrire un « J’accuse » Calédonien ; ils veulent placer ce soir le Gouvernement et le Haut Commissaire face à l’Histoire, avec un grand « H », et face à tous les Calédoniens ; le week end qui s’annonce sera le grand facteur de diffusion de la pandémie sur le Caillou, il ne reste que quelques heures pour instaurer le confinement strict qui nous sauvera, peut être de la catastrophe sanitaire.

Dr Joël KAMBLOCK, spécialisé en Cardiologie et Maladies Vasculaires.

le 19/03/2020 à 22 heures

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *