Une plongée dans notre second cerveau – Actuel Nouvelle-Calédonie

Une plongée dans notre second cerveau

On parle beaucoup de notre système digestif depuis quelques années, de nombreux livres passionnants sortent régulièrement pour nous informer
de l’importance et du rôle de notre intestin sur l’ensemble de notre organisme.
Par Audrey Carrière

Et si nous y regardions de plus près…

Pour les naturopathes, le système digestif c’est notre « dada » !
En effet une grande partie de notre activité est centrée sur l’état de notre système digestif, sur ce que l’on met dans notre assiette et des répercussions possibles sur notre état général.

Qu’est-ce que c’est que le système digestif ?

Longtemps considéré comme une histoire de plomberie (« c’est un tube partant de la bouche et se terminant par l’anus ») ce système fait à présent l’objet de toutes les attentions et de multiples recherches scientifiques, afin de percer ses nombreux mystères.
C’est grâce à lui que nous sommes vivants ! En effet n’oublions jamais que c’est ce que nous mettons dans notre assiette qui fait que notre corps peut fonctionner ! « On est ce qu’on mange ». En effet de plus en plus de professionnels de santé et de citoyens sont avertis de l’importance de la qualité nutritionnelle de notre assiette.

Ça fonctionne comment ?

Tout à son importance : de la vue et de l’odeur des aliments qui vont donner une information à notre cerveau afin de sécréter des enzymes digestives. La mastication qui permettra un moindre travail de l’estomac et donc une meilleure fragmentation des protéines. Notre état d’être qui favorisera un bon transit et évitera les constipations ou ballonnements… mais je vais zoomer plus particulièrement sur une partie de notre système digestif qui est plein de surprises : la flore intestinale ou le microbiote.
Cette flore est considérée par certains scientifiques comme un organe à part entière, celle-ci est constituée de 10 puissance 14 milliards d’organismes : bactéries, levures, virus, vers, champignons… Tout ce joyeux petit monde nous permet de vivre et de transformer ce que nous ingérons en vitamines, minéraux, oligo-éléments, sucre, énergie etc.

Frome_sante_24_02

L’état de ce microbiote est essentiel : c’est comme la terre de votre jardin. Soit elle est saine et s’y développeront de beaux arbres vous donnant de bons fruits, soit elle est pauvre ou manquant d’engrais et vos arbres feront triste mine pour une maigre récolte.
L’équilibre de cette flore s’appelle l’eubiose, c’est quand tout fonctionne bien et que ce que vous mangez est parfaitement assimilé par votre intestin. Son déséquilibre s’appelle la dysbiose et c’est là que ça se complique ! En effet en cas de dysbiose, de nombreux désagréments peuvent apparaître : ballonnements, gaz, constipations ou diarrhées, voire alternance des 2, reflux gastriques, mauvaise haleine, maladie parodontale, ventre tendu ou noué, etc. La liste des troubles est longue et c’est un travail de détective qui permet de trouver la cause de ces soucis. Cher au naturopathe, un long questionnement détaillé permettra la mise en place de modifications de certaines habitudes que l’on va voir une nette amélioration.

Frome_sante_24_03

Quel rôle dans l’immunité ?

C’est au niveau de la paroi intestinale que cela se passe : celle-ci est recouverte d’une immense quantité de plis et replis que l’on nomme villosités. Celles-ci sont elles-mêmes recouvertes de microvillosités. Tout cet amas forme une sorte de filtre, de barrière en somme, qui permettra de filtrer et de ne laisser passer que ce qui est bon pour nous. Quand cette barrière est en santé elle est imperméable, elle ne laisse donc passer que ce qui nous convient. En revanche quand celle-ci est agressée, abîmée, poreuse etc, on parle d’hyperperméabilité intestinale et la barrière ne fait plus son travail donc de nombreuses particules traversent cette paroi.
80 % de notre système immunitaire se trouve aux alentours de notre intestin. Notre système immunitaire se retrouve donc débordé par les envahisseurs et s’affole. De plus il n’est plus disponible pour s’occuper du reste du corps. Il est en hyperactivité autour des protéines alimentaires qui passent la paroi et surréagit. Ceci peut entrainer à la longue des intolérances ou sensibilités alimentaires de plus en plus marquées : « Je ne digère plus rien, dès que j’avale quoi que ce soit je ballonne » est une plainte souvent entendue en cabinet.

Les capillaires sanguins des villosités absorbent les molécules nutritives et les envoient dans le sang

Comment cette barrière se dégrade ?

De nombreuses causes peuvent être à l’origine de cette perméabilité intestinale : mauvaise alimentation, stress, sensibilité à certaines familles d’aliments, prise de molécules agressives, trop de crudités, champignons digestifs etc. Après avoir mis en évidence la cause et accompagné celle-ci, on répare la paroi grâce à des compléments alimentaires contenant notamment de la L-Glutamine, puis on refait la flore intestinale avec des probiotiques spécifiques et adaptés. Le travail est long car on considère qu’un intestin se « cicatrise » sur une durée de 3 à 6 mois.

Et pourquoi parle-t-on d’un deuxième cerveau ?

Très schématiquement, on sait à présent qu’il existe des milliards de neurones « abdominaux » et que c’est ici qu’est principalement sécrétée la fameuse sérotonine : neurotransmetteur favorisant la bonne humeur, la sérénité et le bien être ! On comprend mieux alors, l’importance de notre hygiène intestinale et du bien-être de notre ventre. Aussi dans toute sensation de mélancolie ou de mal être, il devient intéressant et nécessaire de traiter autant le système nerveux que l’état de nos intestins pour une amélioration durable de l’humeur !

Praticienne de santé naturopathe, Iridologue, Reflexologue Spécialisée en micro-nutrition et phytothérapie
Consultations sur RDV au 75 35 15
48 bis route du Port Despointes – Faubourg Blanchot
FB : Audrey Carrière – Naturopathe Nouméa Iridologue

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *