NOËL ÉTHIQUE ! – Actuel Nouvelle-Calédonie

NOËL ÉTHIQUE !

 

Des premières fêtes païennes au christianisme, Noël est une affaire qui dure, faite d’évolutions, de significations religieuses, de folklore et, de nos jours, d’enjeux économiques. Des contes pour enfants au marketing des grandes firmes, qui se souvient d’un père Noël vert ?
Fort de valeurs familiales, d’amour, de bienveillance, de sérénité et de compassion, Noël est incontestablement imprégnée de magie. Qu’en faisons nous ? Comment redonner du sens à cette fête millénaire, au delà du consumérisme exacerbé ?

Par Quentin Folliasson

 

Faire des cadeaux éthiques, utiles et écolos

Quelques idées et principes de base pour un Noël respectueux de la nature, et des êtres qui y vivent :

Offrir des arbres fruitiers à vos proches qui ont un jardin. Vous pouvez offrir toute sorte de plantes, décoratives, médicinales ou d’arbres fruitiers.
Proposez-leur, s’ils n’ont pas la main verte, de vous occuper de la planter pour eux, à l’endroit de leur choix. Ils en récolteront les fruits, votre cadeau vivra longtemps et se renouvellera chaque année. Vous permettrez à un pépiniériste de gagner sa vie, participerez à la reforestation, luttant contre le réchauffement climatique, pour l’autonomie alimentaire générale. Votre cadeau procurera ombrage, abris pour les oiseaux et fruits. C’est également un magnifique cadeau pour notre planète, les arbres sont les créateurs de fertilité par excellence, leurs racines transforment la roche en argile et leurs feuilles créent de l’humus. La combinaison argile-humus, mélangée par les vers de terre et la vie du sol sont ce qu’on appel le complexe argilo-humique qui forme le sol fertile.

Offrir des services : parmi les cadeaux qui font toujours plaisir, et qui ne coûtent rien (ou très peu) à la planète en terme de ressources, il y a toute sorte de services. Massages, soins corporels, cours de musiques, jardinage à domicile, cours de yoga, abonnements sportifs, cours de cuisine, repas de chef à domicile… vous pouvez trouver des professionnels, ou vous investir vous-même dans le service offert. La valeur d’un cadeau se mesure aussi à l’engagement et le coeur qu’on y met. Pourquoi ne pas donner de son temps, plutôt que de son argent, pour un cadeau de Noël ? On peut difficilement imaginer un cadeau plus personnel.

Faire des cadeaux d’occasion :
Fouiner les annonces en ligne ou sur magasine pour peut-être trouver le cadeau que vous souhaitiez offrir, mais d’occasion. Cela ne réduit en rien la qualité du présent, mais change beaucoup de choses à notre impact de consommateur. Redonner une seconde vie aux choses, n’est-ce pas magnifique ?

Offrir des cadeaux durables et utiles :
S’il manque quelque chose d’utile à l’un de vos proches, qu’il avait de toute façon prévu d’acquérir, c’est l’occasion de le lui offrir. Cela ne pèsera pas comme une consommation « en plus ». Exemple : équipement de cuisine, de jardin, meubles, vélo… Attention de ne pas offrir quelque chose que votre proche aurait déjà, ou dont il n’aurait pas besoin.
Là, il faut se renseigner un peu, discrètement auprès de l’entourage, pour garder l’effet de surprise, et se coordonner avec les amis pour s’assurer qu’ils n’aient pas eu la même idée.

Offrir des cadeaux pour le zéro déchet :
Un composteur pour valoriser les déchets verts, une gourde pour réduire l’usage de plastique, des produits faits maisons locaux, pourquoi pas un abonnement à des paniers de légumes bio pour un trimestre ou pour l’année ? Il existe des AMAP (association pour le maintien d’une agriculture paysanne) en Nouvelle-Calédonie. Se rapprocher de l’association Male’Va pour des contacts de producteurs (une partie est référencée sur leur site internet : https://maleva.org ). Pour des idées Zéro-Déchet, il existe une association locale : zéro déchet Nouvelle Calédonie sur Facebook.

Offrir des livres de sensibilisation :
Certaines lectures peuvent être extrêmement bénéfiques pour vos proches. Des sujets qui ont trait au développement personnel, à l’alimentation saine, sur différents sujets de société (écologie, permaculture, jardinage, santé). Ces informations bénéfiques auront en plus une chance d’être transmises à d’autres. Là encore, voir si votre livre n’existe pas d’occasion par exemple à la bouquinerie du Liseron (contact sur Facebook).

 

Pour les enfants :
Privilégier des cadeaux qui durent, qui leur permettront de jouer ensemble avec leurs amis, en extérieur ou intérieur (molky, jeux de société de qualité, vélo, ballon, skateboard…), dans l’idéal d’occasion. Pour les enfants, le plus beau cadeau que nous puissions leur faire, est de prendre soin de leur terre, ne pas sacrifier leur futur pour un cadeau présent. Les cadeaux que nous faisons ne doivent pas nous faire oublier ce qui compte vraiment pour eux : beaucoup d’amour et une planète vivable.

Faire des dons aux associations :
C’est l’occasion de donner pour une ou plusieurs causes, qu’elles soient sociales, écologistes… Celle qui vous tient à coeur. Un cadeau pour les autres, qui sont dans le besoin. Privilégier les petites structures locales plutôt que les grosses ONG aux frais de structures énormes.

Penser à privilégier les artisans locaux, pas les multinationales.

Pour les emballages et papier cadeau :
Utiliser du papier journal, ou des cartons que vous décorerez vous-même, ou des tissus réutilisables. Il est possible d’emballer un présent sans pour autant gaspiller du papier neuf, pour quelques minutes et qui ensuite finira de toutes les manières à la poubelle, préservons les forêts.

 

L’incontournable repas de Noël

Avec ou sans pesticides ?
Noël, c’est aussi un repas, généralement en famille, ou auprès de bons amis. S’il est difficile de se nourrir à 100 % Bio toute l’année, peut-être que Noël est l’occasion de faire un effort particulier. Meilleure au goût, meilleure pour la santé, meilleure pour les sols, pour l’eau, meilleure pour la planète, meilleure pour la vie, meilleure pour les générations futures, l’agriculture biologique a besoin de vous ! Les subventions d’argent public vont à l’agriculture chimique alors que les agriculteurs naturels ne bénéficient d’aucune aide. La concurrence est déloyale. C’est pourquoi leurs produits peuvent être plus cher, et encore, pas toujours. En gros, nos impôts et taxes sont offerts en cadeau toute l’année aux lobbies pétrochimiques. Puisque nous mettons des efforts et du coeur à préparer le repas de Noël, profitons-en pour travailler les bons produits, pour faire cadeau de notre argent aux producteurs conscients et respectueux, protecteurs de la nature, pour faire cadeau à notre corps d’une nourriture saine, pour faire cadeau à nos enfants d’une planète vivante.

 

Un repas et des valeurs :
Malgré les valeurs d’amour et de compassion portées par Noël, des centaines de millions d’animaux sont abattues à la chaîne pour satisfaire à ce rituel chaque année. Les pires pratiques sont mises à l’honneur ce soir-là, comme la torture des canards et des oies pour produire du foie gras (voir l’article rubrique animaux). Nous pouvons bien sur faire le choix de ne pas y participer.
Chaque année, l’humanité tue plus de mille milliards (1 000 000 000 000) d’animaux. Cela fait plus de 350 Millions par JOUR. N’est ce pas contradictoire de faire couler le sang pour le jour de Noël ? Faisons une trêve, au moins ce jour-là, célébrons l’amour, pas les abattoirs.

A manger pour tous :
De nombreuses personnes ne mangeront pas à leur faim le jour de Noël. En Nouvelle-Calédonie, mais surtout parmi les plus pauvres de la planète, pour qui même le riz et la farine sont des denrées rares et hors de prix. Que peut-on y faire ? A-t-on une quelconque influence sur cet état des choses ? La réponse est OUI !
Aujourd’hui, tout est mondialisé, les céréales, aliments de base de l’humanité, sont vendues au meilleur prix sur les marchés boursiers. Plus il y a d’acheteurs internationaux qui en demandent, plus les prix grimpes. C’est le principe de l’offre et de la demande qui fait jouer les enchères.
Aujourd’hui, les céréales servent en grande partie à nourrir les animaux d’élevage des pays riches,
surconsommateurs de viandes, produits laitiers, oeufs et poissons d’élevage. Il faut savoir qu’il faut entre 3 et 10 kg de céréales pour en produire un seul de viande.
Les animaux restituent très peu de nourriture par rapport à ce qu’on leur donne à manger, qui pourrait convenir aux humains (tourteaux, céréales). Puisque ce sont 70 milliards d’animaux terrestres qu’il faut nourrir (10x l’humanité entière), cela créé une très forte pression qui fait grimper les prix et empêche les plus pauvres de se nourrir correctement. 82 % des enfants qui souffrent de la faim dans le monde vivent dans des pays qui exportent des céréales pour les animaux (réf : documentaire cowspiracy).

Manger végétal, c’est refuser ce système inefficace et inégalitaire, c’est faire preuve de solidarité et de partage. En Nouvelle-Calédonie, nous ne sommes pas en reste puisque nous importons de la viande, et que nous importons également les céréales qui nourrissent nos animaux d’élevage (pour tout ou partie, la provenderie de Saint-Vincent propose même des granules pour les bovins locaux). A Noël, n’enlevons pas le pain de la bouche d’une personne démunie.
Et si nous fêtions Noël autour d’un repas végétalien ? Avez-vous envisagé un Noël végane ? Fin, raffiné, innovant et surtout, sans souffrance et solidaire ! Internet regorge d’idées de repas qui n’ont rien à envier aux recettes les plus traditionnelles. A voir également les recettes proposées en fin de magasine par l’association Végé NC.

 

Déco de Noël

Le traditionnel Sapin :
Là aussi, ayons les bons réflexes. Il est possible de choisir un sapin, ou même n’importe quelle autre plante en pot, qu’il sera possible de replanter ensuite en pleine terre.
Evitons les sapins en plastique importés du bout du monde, ou ceux coupés au tronc, mis dans des faux pots sans terre. Il est tout de même plus sympa de fêter Noël autour d’un arbre vivant que d’un arbre en train de mourir dans son salon (et qui perd ses aiguilles).
Les monocultures de sapin sont des écosystèmes très pauvres. Il est préférable d’acheter à un pépiniériste artisan, local et bio. Et pourquoi ne pas privilégier des pins colonnaires endémiques, symboles du pays, à replanter en pleine terre par la suite.

 

 

Les guirlandes :
Le sapin est généralement décoré. Là encore, on peut acheter tout fait des guirlandes, parfois même électriques, dont les matières premières ont fait trois fois le tour du monde avant d’être vendues chez nous. Ou alors, les fabriquer soi-même, pourquoi pas avec les enfants. Les techniques sur internet ne manquent pas (guirlandes de papier, de fleurs de bougainvilliers ou autres fleurs locales, pommes de pin, noix de coco peintes, cartons ou rouleaux de papier toilette, origamis…).

Noël Sobre :
Bien sûr, toutes ces décorations peuvent rester très sobres, minimales et ne sont en rien nécessaires pour entretenir la magie de Noël. Le plus beau cadeau à faire aux générations futures et à cette terre est de réduire notre consommation. A-t-on réellement besoin d’illuminer l’extérieur de sa maison de mille ampoules ? Retrouvons le véritable sens de Noël, recueillement, humilité, famille, sobriété et hospitalité.

 

Bonnes résolutions

Les fêtes de fin d’année sont également l’occasion de prendre les fameuses bonnes résolutions ! Nous avons tous des habitudes qui nous sont néfastes. Certains d’entre nous fument, d’autres boivent, nous nous plaignons trop, ne faisons pas assez de sport, nous consommons trop de déchets, trop de malbouffe… La liste pourrait être très longue, car personne n’est parfait.

Pourquoi reproduisons-nous des habitudes dont nous aimerions nous débarrasser ? C’est justement le propre des habitudes, elles sont tenaces. L’avantage, c’est que la plupart d’entre nous savons ce que nous avons à faire. Et puisque les habitudes sont si tenaces qu’on n’y pense même plus, autant prendre les bonnes tout de suite, celles qui nous apporterons du bien, dont les conséquences seront positives. Cela demande un peu de discipline et de volonté au début, mais une fois les mauvaises habitudes perdues et les bonnes acquises, on n’y pense même plus et c’est gagné ! Cela va très vite, en 1 mois déjà, nous pouvons ancrer des habitudes selon certaines études du comportement. Qu’est-ce qu’un mois dans la vie ?

« La folie, c’est de refaire toujours la même chose et d’en attendre un résultat différent ».

Il n’y a pas de meilleur moment que maintenant pour prendre une bonne résolution (et s’y tenir) ! Préparez-vous mentalement, rassemblez votre motivation, la vraie, commencez à vous habituer maintenant par la mise en pratique souple, et au 1er Janvier, faites de votre résolution un principe inconditionnel et non-négociable ! Très vite, cela ne vous demandera plus aucun effort.

Je vous souhaite, à toutes et à tous, un joyeux et merveilleux Noël, empli d’amour, ainsi qu’une année 2019 positive et heureuse.

 

 

 

Enregistrer

Une pensée sur “NOËL ÉTHIQUE !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *