Redécouvrir l’Aquarium des Lagons – Actuel Nouvelle-Calédonie
aquarium01

Redécouvrir l’Aquarium des Lagons

38 0

C’est devenu, au fil du temps, l’une des sorties favorites des calédoniens et une véritable institution. Animations nocturnes, expositions, coraux fluorescents, tortues, requins, bacs à poissons… Qui ne connait pas l’Aquarium de Nouméa ? Que diriez-vous de le re-découvrir ? Visite guidée avec son directeur, Richard Farman.

L’Aquarium, c’est tout d’abord un héritage, explique son directeur. Celui d’un homme hors du commun, le Dr Catala. Ce scientifique, propriétaire de plantations de café, de poivre et de vanille à Madagascar, découvre la richesse des récifs coralliens lors d’un voyage à Nosy Bay (île du nord-ouest Malgache) en 1936. Il développe alors l’idée, voire l’obsession, de créer un centre de recherche scientifique à proximité de récifs d’une richesse exceptionnelle en organismes marins… Tels qu’on peut en trouver en Nouvelle-Calédonie. C’est ainsi qu’il propose à l’ORSTOM (futur IRD) de construire un aquarium dans son enceinte à Nouméa. Mais on ne sait pour quelle raison, l’idée est rejetée. Le Dr Catala et son épouse n’abandonnent pas et décident de s’installer à Nouméa et d’y construire, avec leurs propres ressources, ce laboratoire. Ce projet les ruinera littéralement mais l’Aquarium sera construit et ouvrira ses portes en 1956. « L’Aquarium fut le premier au monde à présenter des organismes marins, notamment des invertébrés, des coraux fluorescents et des nautiles, dans leur habitat naturel grâce à un circuit d’eau de mer ouvert (l’eau est puisée dans la Baie des Citrons) et un éclairage en lumière naturelle » précise Richard Farman. Il acquit ainsi très rapidement une grande notoriété accueillant plus de 60 000 visiteurs par an et était le lieu le plus visité de la Nouvelle-Calédonie. Dans les années 1990, une rénovation s’impose, mais la vétusté des lieux ne permet pas une extension et un nouvel édifice doit être construit. La complexité du dossier ne permet le début des travaux qu’en 2003. L’Aquarium de Nouméa ferme ses portes au public en novembre 2005 pour faire place à une nouvelle structure. En 2007, l’Aquarium des lagons est inauguré.

Présenter les écosystèmes, sensibiliser le public et contribuer à la recherche scientifique sont les 3 missions de l’Aquarium

« Présenter les écosystèmes, sensibiliser le public et contribuer à la recherche scientifique sont les 3 missions de l’Aquarium, rappelle son directeur. Cela représente 23 postes et 11 métiers différents : accueil, direction, communication, maintenance, animation, projets pédagogiques, recherche et bien sûr le service aquarium. ». Car nous connaissons tous la partie émergée de l’iceberg : les magnifiques bacs qui accueillent toute la diversité de la faune marine locale. Mais comment sont conçus ces bacs ? Quel entretien ? « Ces bacs représentent un instantané du milieu aquatique. Ils sont conçus par les responsables du service aquarium qui les agencent, les améliorent, les nettoient, nourrissent les pensionnaires, repeuplent quand c’est nécessaire, font des propositions….Bref, une équipe de passionnés aux petits soins, tout comme le reste du personnel d’ailleurs ». Vous ne le voyez peut-être pas quand vous déambulez dans l’établissement mais la visite représente le cheminement d’un goutte d’eau (rivière, mangrove, récif). « Les responsables des bacs plongent régulièrement, à la fois quand il y a besoin de prélèvement pour repeupler un bac, et dans ce cas on fait le plus petit prélèvement possible pour limiter au maximum notre empreinte écologique, mais également pour garder une image des milieux aquatiques, pour rester en relation étroite avec ». Dernier équipement en date, le bassin des tortues qui rencontre un vif succès.

purple-tang

La recherche scientifique a toujours fait partie des missions historiques de l’Aquarium des lagons. Elle s’est traduite, dès l’origine, par la mise en évidence de la fluorescence des coraux, par René Catala, et la publication de plusieurs articles qui ont contribué à la renommée mondiale de l’aquarium de Nouméa. Avec le nouvel aquarium, la recherche scientifique s’est développée plus encore. La création d’une Plateforme Humide Expérimentale (écloserie, soins et grossissement) sur l’emplacement de l’ancien bâtiment depuis 2011 permet le développement de projets de recherche tant en interne qu’en collaboration avec les instituts de recherche locaux et internationaux. L’objectif fondamental est de contribuer, comme il se doit, à l’amélioration de la connaissance des milieux aquatiques calédoniens et, par le transfert des résultats vers le public au travers des animations pédagogiques, de veiller plus intelligemment à leur protection.

Chaque dugong compte !

« Il y a urgence à protéger les dugongs et notre priorité de cette année est de faire connaitre cet animal et de sensibiliser à sa protection » assène le directeur. Car l’équation est malheureusement simple : seulement 5 à 6 petits tout au long d’une vie, une très faible diversité génétique, de nombreuses menaces comme le braconnage, les collisions, les captures accidentelles, la dégradation de l’habitat… La population des dugongs, environ 750 individus en Nouvelle-Calédonie, 3ème population mondiale, est fragile et menacée. Il faut donc connaitre, faire connaitre et protéger. « L’Aquarium participe ainsi au programme de recherche scientifique sur les mouvements quotidiens des dugongs et organisent des expositions temporaires, des nocturnes et un trimestre dugong ». Saviez-vous, par exemple, que les dugongs se déplacent dans l’ensemble du lagon ? Ou que le dugong consomme 40kg d’herbes marines par jour et que si la nourriture n’est pas assez abondante il cesse de se reproduire. Ou que 80% des dugongs calédoniens appartiennent à la même famille. Non ? Une visite à l’Aquarium s’impose…

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.