LE SOMMEIL A LA PEINE – Actuel Nouvelle-Calédonie

LE SOMMEIL A LA PEINE

Nous passons presque un tiers de notre vie à dormir. Autrement dit, sur les 30 dernières années, nous en avons passées près de dix dans les bras de Morphée. Mais nos sommeils ne sont pas tous égaux. Certains dorment comme des bébés, d’autres ne ferment pas l’œil de la nuit… Si on se sent mal après une mauvaise nuit, on n’imagine pas  forcément que si le phénomène se répète, les conséquences sur notre santé peuvent être lourdes.

LES PRINCIPAUX ENNEMIS DU SOMMEIL

Aboiement, circulation routière, ronron de la clim ou du groupe électrogène du voisin, musique trop forte… Les bruits sont les ennemis numéro un du sommeil. La nuit, les lumières dans la ville est également un élément perturbateur. Or, les lumières, la nuit dans la ville ont considérablement augmenté. Cette lumière artificielle fausse notre rythme de sommeil. La température, enfin, est très importante. Évitez les variations car le corps régule la température de lui-même lorsque l’on dort.

Au-delà de ces causes liées à notre environnement, on retrouve des facteurs psychologiques auxquels sont confrontés de nombreuses personnes. Stress ou encore surmenage empoisonnent nos nuits et poussent parfois les mauvais dormeurs vers la médication. Les Français sont tristement les premiers consommateurs de psychotropes au monde (dont font partie les somnifères). Il existe des alternatives comme les tisanes, la lecture (pas sur écran et en évitant les lectures stressantes ou compliquées) ou encore des séances de relaxations avant le coucher.

LES RÈGLES D’OR

Les conditions idéales selon l’Institut national du sommeil et de la vigilance, c’est du silence, de l’obscurité, une chambre à 18 degrés et une bonne literie.

LES APNÉES DU SOMMEIL, UN SYNDROME MÉCONNU

Si l’on a plus ou moins conscience de ces problèmes, c’est moins le cas du syndrome d’apnées du sommeil qui est nettement moins connu et pourrait toucher jusqu’à 10 % de la population. Aujourd’hui, près de 4 000 Calédoniens sont équipés d’appareils permettant d’éviter ces apnées.

Une association (l’association calédonienne des pathologies du sommeil) ainsi que différents praticiens aidés d’un laboratoire du sommeil travaillent afin d’aider les personnes atteintes de ce syndrome qui se manifeste, entre autres, par des ronflements très sonores.

Et si les hommes ont la réputation de ronfler davantage que les femmes, elles sont tout autant touchées par cette maladie inflammatoire qui abîme les organes du patient qui force pour respirer lors de son sommeil.

COMMENT SE FAIRE DIAGNOSTIQUER ?

En clinique, il existe des laboratoires de sommeil laboratoire du sommeil. Les patients peuvent y réaliser une polygraphie (test avec des capteurs), ou une polysomnographie, (test plus poussé qui peut s’accompagner d’une vidéo).  Les polygraphies peuvent aussi se faire au Médipôle. Ces examens peuvent également être réalisés à la maison, à Nouméa comme en brousse (avec des médecins exerçants à Païta ou Bourail). Un examen qui est une bonne occasion pour dormir, tout comme le 22 mars, décrétée journée du sommeil.

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

 

Pour en savoir plus :

 www.institut-sommeil-vigilance.org  le site de l’institut national du sommeil et de la vigilance.

On y trouve tout ce que l’on veut savoir sur le sommeil.

www.mysommeil.com est un site qui regorge d’infos et de conseils.

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

QUESTIONS AU DOCTEUR THIERRY LANGIN, SPECIALISTE DES MALADIES DE L’APPAREIL RESPIRATOIRE

« La première des causes, c’est l’obésité »

 

Actuel : Comment peut-on définir l’apnée du sommeil ?

Dr Thierry Langin : Il s’agit d’arrêts respiratoires qui surviennent de façon répétée. Ils sont le résultat d’une fermeture au niveau de la gorge et durent au moins dix secondes. Pour que le syndrome d’apnées du sommeil soit sévère chez l’adulte, il faut que cela arrive 30 fois par heure. Les symptômes chez l’adulte sont la fatigue, les ronflements (plus ils sont forts plus il y a de risques), les réveils la nuit pour aller faire pipi, des maux de tête le matin et des réveils où l’on se sent fatigué.

 

Quelles en sont les causes ?

La première des causes de ce syndrome est l’obésité. Le dépôt de graisse au niveau du cou réduit le calibre des voix aériennes. Les muscles sont également moins toniques. Il y a ensuite un problème morphologique puisque les voies aériennes dépendent de la forme du visage. En dehors de la morphologie du visage répondant à des caractéristiques génétiques, un mauvais développement du visage peut-être une des causes. Si un enfant ne respire pas par le nez, son maxillaire se développera mal.

 

Quelles sont les conséquences de ces blocages ?

S’il y a un blocage, il faut faire un effort pour que l’air passe et cela réveille le sujet. La première conséquence sera une déstructuration du sommeil. Il n’y aura plus ni sommeil profond ni sommeil réparateur. La deuxième conséquence sera une mauvaise oxygénation de tous les organes. Si l’air ne passe plus, il y a une chute de l’oxygénation. Les efforts respiratoires entrainent également une variation du rythme cardiaque et de la tension artérielle au cours de la nuit. On va alterner les baisses et les explosions de tension ce qui à long terme augmente les risques d’infarctus et d’AVC et d’hypertension artérielle.

 

De manière plus générale, pour l’adulte, peut-on guérir de ce syndrome ?

Si la cause est l’obésité, on peut guérir sans opération, en maigrissant. Il existe ensuite différents traitements. La machine à pression positive continue (PPC) qui marche dans 100 % des cas et ne se porte qu’au cours du sommeil.  La tolérance psychologique de cet appareil est le principal frein à son acceptation. Un autre traitement est l’orthèse d’avance mandibulaire (OAM) qui est plus pratique mais moins efficace. Elle peut néanmoins rendre service notamment à ceux qui voyagent. Dans 60 à 75 % des cas elles donnent de bons résultats. Il existe également d’autres traitements mais contrairement aux enfants, le traitement des bases osseuses (palais et mâchoire) chez l’adulte est plus difficile. D’autres techniques chirurgicales sont envisageables mais nettement plus lourdes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *