LA COLOMBIE, UN PARADIS NATUREL EN PLEIN RÉVEIL – Actuel Nouvelle-Calédonie

LA COLOMBIE, UN PARADIS NATUREL EN PLEIN RÉVEIL

Abritant 10 % de la biodiversité mondiale au sein de 55 parcs nationaux, la Colombie est en passe de devenir le nouvel Eden des amoureux de la nature. Des montagnes verdoyantes aux plages d’or baignées de turquoise, en passant par les villages multicolores et les fascinants vestiges précolombiens, elle offre son lot de merveilles aux visiteurs en quête d’air pur.

Par Adeline Louault Pron

 

Bordée par les côtes Pacifique et Caraïbe ainsi que par la forêt amazonienne, traversée par la chaîne des Andes, la Colombie est le deuxième pays aux écosystèmes les plus diversifiés au monde. Après cinquante-trois ans de sommeil forcé dû à la guerre civile opposant l’armée nationale aux Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), ce vivier écotouristique est en pleine renaissance. Depuis la signature de l’accord de paix, en 2016, les visiteurs sont de plus en plus nombreux. Ils viennent pour trois incontournables :  Bogota, la cosmopolite capitale située à 2600 m d’altitude ; l’époustouflant triangle du café au centre du pays, deuxième exportateur mondial (après le Brésil) ; enfin, sur la côte caraïbe, la pittoresque Carthagène et son éblouissante architecture coloniale hispanique. Mais beaucoup poussent plus loin la découverte du pays, attirés par une faune et une flore à haut potentiel.
Le pays compte en effet 398 espèces de mammifères, 1 825 espèces d’oiseaux (soit 19 % des espèces mondiales et 60 % en Amérique du Sud), 3 000 familles de papillons (2e vivier mondial), 15 % des espèces d’amphibiens (733 espèces) et 30 % des espèces de tortues du monde. Près de la moitié des orchidées se trouvent en Colombie et en moyenne 17 nouvelles espèces y sont découvertes chaque année.

Des vestiges précolombiens au cœur d’une nature époustouflante

Parmi les sites écotouristiques emblématiques, le parc national Tayrona est un véritable joyau s’étirant des divines plages des Caraïbes jusqu’aux forêts montagneuses humides. La mer limpide s’étend au pied d’une épaisse forêt qui descend telle une avalanche végétale depuis les sommets vertigineux de la Sierra Nevada de Santa Marta, le plus haut massif côtier du monde. C’est dans cette région que se cache la mythique Cité perdue, l’une des plus grandes cités précolombiennes connues. Découverte dans les années 70 par des chercheurs d’or, elle a été bâtie dans les hauteurs montagneuses par la communauté indienne des Tayronas, des siècles avant que les conquistadors espagnols ne remodèlent leur monde. Si les maisons en bois ont disparu depuis longtemps, les terrasses et les escaliers en pierre sont très bien conservés. On accède au site depuis Santa Marta, après un trek guidé de quatre à cinq jours à travers certains des plus beaux paysages tropicaux du pays.
Disséminées sur des collines verdoyantes, les mystérieuses statues précolombiennes de San Agustín, dans le sud du territoire, comptent également comme l’un des plus prestigieux sites archéologiques d’Amérique du Sud. Plus de 500 édifices ont été mis au jour. On peut les découvrir à pied ou à cheval, le long de sentiers aménagés entre les canyons.

Une biodiversité terrestre et marine exceptionnelle

La Colombie abrite un grand nombre de réserves naturelles qu’il est difficile de départager tant chacune présente des attraits divers. Le parc national Serranía de la Macarena, en plein cœur du pays dévoile un spectaculaire Caño Cristales (le ruisseau des cristaux), également surnommé la «rivière aux cinq couleurs». Habituellement cristallin, ce cours d’eau revêt des colorations variées en raison de la prolifération d’algues endémiques entre septembre et novembre. Un trek entre les cascades et les piscines naturelles de Caño Cristales est une expérience fabuleuse.
Les amateurs de plongée ne manqueront pas le parc national des îles coralliennes du Rosaire et de San Bernardo. Situées au nord, sur la côte Caraïbe, cet archipel forme le parc national le plus visité de Colombie et le seul parc sous-marin du pays. Il abrite près de trente îles où se nichent coraux, plantes marines, mangroves, nombreux poissons exotiques. C’est l’un des écosystèmes les plus riches de la mer des Caraïbes.
D’une beauté rare et sauvage, le parc Naturel Ensenada de Utria, sur la côte Pacifique, est également réputé pour sa grande biodiversité marine. Cerise sur le gâteau, en saison (de juin à septembre), on y observe les baleines à bosse. Dans la région de Nuqui, la forêt luxuriante épouse l’Océan Pacifique et ses magnifiques plages de sable noir avec une grande variété de faune et de flore. De multiples ruisseaux et cascades d’une eau transparente font de cette région l’une des forêts tropicales humides les plus attrayantes pour ceux qui aiment la nature intacte et les traditions anciennes, loin de toute civilisation. C’est là qu’on peut notamment apercevoir quelques magnifiques spécimens de grenouilles dendrobates au venin mortel. L’association Pichindé, au village de Jovi, propose de les découvrir à travers des excursions à pied et en pirogue. Pour séjourner, l‘écolodge Pijiba est une adresse paisible à quelques pas de la plage. Aménagés dans un jardin luxuriant, trois cabanons entièrement construits à partir de matériaux naturels sont à la disposition des clients. Une hutte est même dédiée à la pratique du yoga ! Difficile d’imaginer, au cœur de toute cette sérénité, que le pays fut longtemps surnommé « Locombia » ou « le pays fou » en rapport avec la guérilla, les cartels de cocaïne et la violence qui règne encore dans certains endroits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *