REGARDEZ MOI DANS LES YEUX, J’AI DIT DANS LES YEUX. L’IRIDOLOGIE – Actuel Nouvelle-Calédonie

REGARDEZ MOI DANS LES YEUX, J’AI DIT DANS LES YEUX. L’IRIDOLOGIE

 

Je suis de par ma formation de naturopathe holistique formée à l’iridologie. En effet pour nous naturopathes, l’iridologie est un outil supplémentaire qui va nous permettre de trouver la cause de la cause. Petit rappel sur ce qu’est la naturopathie holistique.
Par Audrey Carrière

Un naturopathe traditionnel holistique est un thérapeute formé en 4 4OO heures en école reconnue par la FENA (Fédération des naturopathes), les fondements de la naturopathie reposent sur 3 grands principes qui sont : le vitalisme, l’holisme et le causalisme.

 

LE VITALISME se base sur la force vitale intrinsèque de la personne. On retrouve cette notion dans les nombreuses médecines traditionnelles : en Chine c’est le Chi, en Inde ce sera le Prana, etc…

L’HOLISME est l’un des plus précieux fondements de la naturopathie, l’un de ceux dont nous sommes le plus fiers. Le terme « holisme » vient du mot grec « holos » signifiant « tout », « entier ». Signifiant ainsi que la philosophie holistique s’occupe de l’homme dans sa globalité (c’est à dire son corps, sa psyché, son esprit, son énergie et son âme) mais aussi qu’elle considère l’homme comme faisant partie d’un tout dans lequel il s’inscrit, d’un ensemble. En naturopathie holistique, la santé n’est optimale que si chacun de ces plans est équilibré et par ailleurs, chacune des dimensions influe sur les autres, puisque tout est relié et interdépendant. Il s’agit donc d’une approche globale de l’Humain et de la Vie, mais aussi des interactions entre tous ces systèmes.

LE CAUSALISME : il s’agit d’une méthodologie propre au naturopathe qui consiste à rechercher la cause de l’origine de la maladie. Cette approche vise à rechercher la cause du dérèglement organique provoquant le symptôme. Nous nous transformons en détective privé durant les consultations.

Comme vous l’aurez compris être naturopathe ne se résume pas à « soigner par les plantes »…c’est une vaste connaissance de l’être humain et une prise en charge dans sa globalité.

Qu’est-ce que l’iridologie ?

L’iridologie est une technique utilisée par certains médecins, homéopathes ainsi qu’en médecine non-conventionnelle et particulièrement par les naturopathes. Son objectif est d’étudier la partie colorée de l’œil, l’iris, pour apprécier l’état de santé global d’une personne. En complément de l’analyse morphologique et de l’étude des antécédents médicaux du patient, l’iridologie est un outil majeur du naturopathe afin d’appréhender la vitalité d’un individu, son « terrain » ainsi que ses forces et faiblesses organiques.
D’après le proverbe, « les yeux sont le miroir de l’âme », ils seraient également le miroir du corps et de son état de santé. Hippocrate, père de la médecine, disait à ce propos “tels sont les yeux, tel est le corps”.
Outre l’évaluation de l’état de santé global d’un individu, l’analyse détaillée de l’iris (en direct ou par agrandissement photographique) révélerait les prédispositions individuelles à certaines maladies. Ce n’est en aucun cas une méthode diagnostique (celui-ci étant de droit réservé aux médecins) mais plutôt un outil pronostic. Elle permettrait de comprendre la maladie, son histoire et sa cause, et d’anticiper sur les aptitudes de guérison de l’organisme.

 

En pratique ?

La tonicité
La tonicité des fibres qui composent la trame de l’iris peut varier. Elle donne généralement une impression de l’état de santé du patient. Par exemple la fermeté induirait une bonne résistance individuelle.

Les signes particuliers
Les signes particuliers comme les taches, les dépôts, les bosses, les creux ou les couleurs agissent comme des indicateurs de faiblesses potentielles et de maladies. Par exemple, un iris bicolore soulève une possible prédisposition au diabète. Une tache blanche indiquerait un processus de vieillissement prématuré, voire une tendance à l’artériosclérose.

La cartographie
C’est donc la représentation de votre corps dans votre iris, comme une projection de vos différents organes ou systèmes sur chacune de vos iris. Il existe différentes cartes iriennes, pour ma part je travaille en cabinet avec celle d’André Roux :

 

L’identification de ces zones de correspondance est le résultat de plus de 100 ans de recueil de données empiriques concernant l’état de santé d’une personne, ses faiblesses organiques, ses pathologies et les signes que l’on pouvait retrouver sur son iris (densité de la fibre irienne, relief, marques, dépôts, …).

L’iris droit représente la moitié droite du corps, et l’iris gauche la moitié gauche.
Selon la cartographie de l’iris, l’œil représente une véritable carte géographique du corps. Chaque organe correspond à une zone définie. La localisation d’un signe particulier dans une zone spécifique indique quel organe pourrait être affecté.

Il existe de très nombreuses cartographies (Angerer, Schnabel ou Deck en Allemagne / Lindhar ou Jensen aux Etats-Unis / Vanier, Verdier, Roux, Jausas, de Bardo en France). Si elles diffèrent dans les détails, 90% des auteurs aujourd’hui s’accordent sur les zones de projection des principaux systèmes et organes du corps.
En partant de la pupille, pour aller vers le bord extérieur de l’iris, on a ainsi identifié plusieurs zones concentriques représentant les différents systèmes du corps humain :
• La zone estomac
• La zone intestinale
• Le système nerveux sympathique
• La zone glandulaire et énergétique
• La zone organique
• La zone circulatoire (lymphe et sang)
• Enfin la peau, zone la plus extérieure de l’iris

Ensuite, au sein de ces zones, correspond un emplacement relativement précis de chaque organe du corps.

Pour s’amuser un peu à la maison :
Un iridologue français, André Roux, a dressé trois principales constitutions en se basant notamment sur la couleur des yeux. Chacune de ces 3 constitutions aurait une probabilité de développer un certain type de pathologie :

• L’iris bleu : cet iris a une coloration de base bleu clair qui peut varier vers les tons verts ou gris. Il témoignerait d’un terrain constitutionnel généralement en acidose, d’un système immunitaire fragile avec une prédisposition aux pathologies respiratoires à court terme (rhino-pharyngite…) ; aux allergies à moyen terme puis aux pathologies arthritiques et rhumatismales à long terme.

• L’iris brun : cet iris a une coloration marron liée à la richesse du pigment. Il témoignerait d’une prédisposition aux pathologies cardio-vasculaires, à l’hypertension, aux troubles du métabolisme (cholestérol, diabète, obésité), à l’hypertrophie du foie, aux troubles digestifs ou encore à l’adiposité.

• L’iris mixte : c’est un iris noisette, de coloration vert-brun ou brun-jaune laissant apparaître des couches iriennes profondes en bleu. Cette constitution témoignerait d’une faiblesse du foie et du tractus biliaire, d’un potentiel digestif faible et d’une perturbation du métabolisme des glucides.

 

Petite histoire de l’iridologie

Le lien entre les yeux et les maladies a toujours été retrouvé dans les écrits anciens. Des textes d’Hippocrate 2400 ans avant JC à l’ancien testament qui annonçaient «on ne peut offrir des sacrifices à l’éternel si on est malade ou si l’on a des tâches dans l’œil», on constate donc que les yeux ont été observés de tout temps.
Les premières références à l’iridologie apparaissent dans « Chiromatica Medica », ouvrage de Philippus Meyens, publié à Dresde, en Allemagne, en 1670. On reconnaît cependant la paternité de l’iridologie moderne à Ignatz Von Peczely, un médecin hongrois qui a vécu au XIXe siècle. Von Peczely a consigné ses observations cliniques et ses méthodes de diagnostic par la lecture de l’iris dans un livre intitulé « Découverte dans le domaine de la thérapeutique et du naturisme. Introduction à l’étude du diagnostic par les yeux ». Il a écrit « l’œil n’est pas seulement le miroir de l’âme, mais aussi celui du corps ». C’est lui qui établit les concepts de base de l’iridologie ainsi que la première cartographie générale de l’iris qui donne des zones de correspondances entre l’œil et les différents organes du corps humain
La première cartographie vraiment détaillée de l’iris apparaît au cours des années 1950, sous l’impulsion d’un chiropraticien et naturopathe américain, Bernard Jensen. Il est reconnu encore aujourd’hui comme un des maîtres à penser de la discipline. Pour Jensen, l’enseignement et la pratique de l’iridologie n’a de sens que dans le contexte de la philosophie et du concept naturopathique. L’iridologie n’est pas une thérapeutique, mais une discipline d’investigation des causes de la physio-pathologie.

La consultation en iridologie dure 1H et coûte 6000 frs, ça vaut le coup d’œil !!

 

 

AUDREY CARRIÈRE
Praticien de Santé Naturopathe – Iridologue – Reflexologue
Spécialisée en phytothérapie, aromathérapie et micro nutrition
Diplômée du Cenatho Daniel Kieffer -Paris en 2008
Consultations sur RDV au 75 35 15
10 rue Aymard – Haut de Villa- Magenta
FB : Audrey Carrière Naturopathe – Nouméa

 

 

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *