PRIX JEUNES TALENTS L’ORÉAL-UNESCO 2019 – Actuel Nouvelle-Calédonie Magnum caramel salé

PRIX JEUNES TALENTS L’ORÉAL-UNESCO 2019

 

La Fondation L’Oréal a réuni en octobre dernier au sein du Museum d’Histoire naturelle de Paris, les 35 jeunes chercheuses récompensées par le Prix Jeunes Talents France 2019 L’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science, créé il y a 12 ans en partenariat avec l’UNESCO et l’Académie des Sciences.

Par Kaëchel Mostah

 

• Solène Derville, 27 ans, post-doctorante à l’Institut de Recherche pour le Développement Nouvelle-Calédonie, fait partie des lauréates.
Elle étudie un nouvel habitat pour un cétacé en danger, la baleine à bosse.
Si Solène Derville peut aujourd’hui étudier les baleines en Nouvelle-Calédonie, c’est en partie grâce à sa directrice de recherche, l’une des premières femmes scientifiques à avoir étudié les cétacés dans cette région, et qu’elle considère comme un véritable modèle.

• Emilie Berlioz, 30 ans, récompensée pour ses recherches sur le cerf rusa en Nouvelle Calédonie, fait également partie des lauréates.
La paléontologue inscrit sa recherche dans le cadre de l’écologie de la conservation en Nouvelle-Calédonie, où elle s’intéresse à une espèce exotique de cervidés de l’île, appelée le cerf rusa et qui est considérée comme calamité naturelle. Les recherches d’Émilie Berlioz visent à permettre aux autorités locales de Nouvelle-Calédonie de mettre en place des stratégies de gestion optimale des cerfs surfa, afin de préserver les animaux endémiques et emblématiques de l’île, comme la roussette ou le notou, qui n’est d’autre que le plus grand pigeon du monde.

UNE NOUVELLE GÉNÉRATION DE CHERCHEUSES

Cette année en France, 20 doctorantes et 15 post-doctorantes ont été sélectionnées parmi plus de 800 candidatures par un jury composé d’éminents membres de l’Académie des sciences. Elles ont reçu respectivement une dotation de 15 000 e pour les doctorantes et de 20 000 e pour les post-doctorantes, qui va leur donner les moyens de poursuivre et de consolider leurs travaux de recherche. Ces 35 jeunes chercheuses ont de plus bénéficié d’une formation au leadership (management, négociation, prise de parole en public, etc.) visant à leur donner des moyens supplémentaires pour mieux affronter le plafond de verre qui demeure une réalité dans le monde de la recherche.

Pour faire émerger une nouvelle génération de chercheuses d’excellence, la Fondation L’Oréal, aux côtés de l’UNESCO, remet chaque année, dans 118 pays, via ses programmes nationaux et régionaux Jeunes Talents Pour les Femmes et la Science, près de 280 dotations, qui visent à apporter un soutien spécifique aux doctorantes et post-doctorantes.

CHANGER LE PARADIGME DE GENRE DANS LA RECHERCHE

En France, les femmes ne représentent que 28 % des effectifs universitaires en science. Si elles sont majoritaires en recherche dans les sciences de la vie, elles ne comptent que pour 22 % seulement en physique, et 23 % en mathématiques et informatique (1). Le plafond de verre reste bel et bien une réalité. D’ailleurs, encore cette semaine, les Prix Nobel 2019 de chimie, de médecine et de physique ont tous été attribués à des hommes. Cette sous-représentation a des conséquences réelles sur la qualité de la recherche, avec des exemples nombreux et variés, notamment dans le secteur de l’innovation technologique (la majorité des machines d’apprentissage, issues de l’intelligence artificielle, ont été développées pour les hommes, ce qui conduit à des processus décisionnels biaisés).

 

LE PALMARÈS DU PRIX JEUNES TALENTS FRANCE 2019

Issues de tous domaines de recherche (big data, préservation de la biodiversité, traitements innovants contre le cancer, astrophysique, etc.), les Jeunes Talents 2019 sont nombreuses à vouloir partager leur passion pour la science, certaines étant engagées dans des associations d’accompagnement scolaire ou de lutte contre les discriminations de genre en sciences.
« Les 35 jeunes scientifiques que nous mettons à l’honneur cette année ne sont pas seulement brillantes : elles sont également passionnées et engagées en faveur d’une science inclusive. Pour que les innovations de demain bénéficient à toutes et tous, et répondent aux grands enjeux de nos sociétés, la recherche scientifique doit pouvoir compter sur les meilleurs talents, parmi lesquels se trouvent de nombreuses femmes. Le monde a besoin de science, et la science a besoin des femmes », a déclaré Alexandra Palt, Directrice Générale de la Fondation L’Oréal.
« En obtenant ce Prix, nous gagnons une belle visibilité, notamment auprès des jeunes filles, qui pourront s’inspirer de notre parcours, pour visualiser le rôle qu’elles pourraient avoir à leur tour dans le futur de la science. Il est très important qu’elles se fassent confiance et qu’elles laissent s’exprimer les guerrières qui sommeillent en elles », a déclaré Maude Wagner, biostatisticienne et une des 35 Jeunes Talents 2019.

(1) Étude « Vers l’égalité femmes-hommes ? Chiffres-clefs », Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation (2019).

 

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *